s'abonner au flux RSS
partager
imprimer la pageexporter en PDF
Espace contributeurs

Merci de vous identifier

Se connecter

Observatoire des oiseaux marins & côtiers

Le suivi des principaux stationnements de Puffins des Baléares

Contexte

Différentes actions sont prévues dans le cadre de la stratégie de suvi de l'espèce, qui s'appuie sur plusieurs dispositifs. Il s’agit ici de mettre en oeuvre la mesure 4.5 du PNA, mesure qui répond à l’objectif n°4 du plan « améliorer les connaissances sur la démographie et l’écologie de l’espèce ». Il est prévu de déployer cette mesure sur 5 sites en France, via un comptage tous les 10j de début juin à fin octobre, pendant les 5 années de la durée du plan. Ces 5 sites sont les 5 secteurs qui rassemblent historiquement les effectifs les plus importants, sur des durées significatives (plusieurs semaines à plusieurs mois), avec la présence de radeaux de plusieurs centaines à milliers d'individus:

  • Cote des Havres/Baubigny
  • Baie du Mont St-Michel
  • Baie de St-Brieuc
  • Baie de Douarnenez
  • Mor Braz

    Radeau de Puffins des Baléares en baie de Douarnenez ©Michael Buanic - OFB

Objectifs du suivi

Des objectifs généraux

  • Evolution spatio-temporelle de l’abondance relative (effectif/distribution) à moyen et long-terme
  • Phénologie d’apparition et de présence à l’échelle des sites
  • Distribution fine - Zones de présence à échelle infra

Des objectifs opérationnels

  • Suivre la tendance populationnelle de l’espèce (sur le territoire français) via des indices d’abondance relative, afin d’évaluer l’état des populations, en complément des autres suivis menés en mer.
  • Actualiser la connaissance sur la phénologie d’apparition et de présence de l’espèce, afin d’adapter temporellement les mesures de gestion.
  • Identifier et caractériser les secteurs exploités à échelle fine, au cours des différentes étapes du cycle biologique (transit, alimentation, repos, mue) et relever les interactions observées.
  • Actualiser la connaissance sur la distribution de l’espèce, afin d’adapter spatialement les mesures de gestion : calibration des actions de conservation, sur les sites les plus importants et confirmés, affinage du périmètre des aires marines protégées.
  • Améliorer les connaissances relatives au comportement et à l’écologie de l’espèce sur ces sites de stationnements internuptiaux.
  • Suivre les dérangements et le comportement sur les différentes zones de stationnement

Mise en oeuvre du suivi

Le protocole d’échantillonnage « stationnement » est effectué depuis plusieurs points fixes situés sur la côte, par 2 à 3 observateurs équipés d’une longue-vue ornithologique. Ces points sont impérativement les mêmes pour chaque comptage afin de conserver des paramètres d’observation identiques et pour éviter toute variabilité de détectabilité (hauteur, angle du champ de vision). Le suivi est réalisé le matin, 30 minutes à une heure après le lever du soleil, afin de bénéficier d’une lumière favorable, de préférence à marée haute pour une meilleure détectabilité des oiseaux. La durée du comptage est comprise entre 1 et 2 heures. Les observateurs se répartissent sur un minimum de 2 (idéalement 3) points afin de pouvoir trianguler les positions des radeaux à l’aide de compas de relèvement. Les scans successifs du plan d’eau permettent de repérer les oiseaux qui sont ensuite localisés sur une carte précise (fond SHOM) de la zone, avec l’angle (mesuré à l’aide d’un compas de relèvement) et la distance estimée. Les effectifs et le comportement des radeaux (au repos, en pêche active), ainsi que les espèces associées, sont également renseignés. Les interactions anthropiques font nécessairement l’objet de descriptions et renseignements précis : attraction par un navire de pêche, contournement d’un navire de transport, dérangement par un navire de pêche plaisance, etc. La standardisation de la durée permet également de favoriser la comparaison des données, notamment si des sites souhaitent augmenter la durée journalière des suivis.

Le suivi impose un comptage tous les 10 jours, de début juin à fin octobre. La fréquence et l’effort d’observation devront rester identiques, homogènes et stables entre les sites et au cours des années de suivi. Les suivis devront perdurer dans le temps afin de pouvoir être interprétés en termes de tendances évolutives.

Suivi des stationnements par la LPO44 depuis la pointe du Croizic ©Adrien Lambrechts - OFB

Où en sommes-nous?

Dès l'été 2021, 4 des 5 sites ont pu démarrer le suivi, tester le protocole et les différents points possibles d'observation: Baubigny, baie du Mont St-Michel, baie de St-Brieuc, Mor Braz.

En 2022, le 5 suivis sont mis en oeuvre, y compris en baie de Douarnenez, et le suivi d'un nouveau site est testé  à la pointe de Trévignon dans le sud Finistère. En effet sur ce secteur, des observations de radeaux importants ont été dcoumentées ces dernières années.

Télécharger ici le rapport de synthèse pour le suivi 2021 du site "baie de Saint-Brieuc" :

Rapport du suivi 2021 - GEOCA

Suivi des stationnements de la baie du Mont Saint-Michel par le GONm depuis les falaises de Carolles ©Adrien Lambrechts - OFB

Gouvernance, partenariats

La coordination générale est assurée par l'OFB, en tant qu'animateur du PNA. Les suivis sont assurés par les associations de protection de la nature, en local:

  • Le Groupe Ornithologique Normand (GONm) pour les sites de Baubigny et de la baie du Mont St-Michel
  • Le Groupe d'Etudes Ornithologiques de Côtes d'Armor (Geoca) pour le site de la baie de St-Brieuc
  • Bretagne Vivante (BV) pour le site de la baie de Douarnenez
  • La LPO Loire-Atlantique (LPO44)

Le financement est assuré par l'OFB, à l'exception du suivi de la baie de St-brieuc, pour lequel Ailes Marines (société de projet du projet éolien en mer de la baie de St-Brieuc) finance le suivi au travers d'une convention tripartite Ailes Marines/Geoca/OFB.

 

Interreg et Fond européen de développement

The PANACHE project was selected under the European cross-border cooperation programme INTERREG IV A France (Channel) – England, co-funded by the ERDF

Un outil du projet
PANACHE

Ministère de la transition écologique et solidaire