s'abonner au flux RSS
partager
imprimer la pageexporter en PDF
Espace contributeurs

Merci de vous identifier

Se connecter

Observatoire des oiseaux marins & côtiers

Le programme CARI3P

 

Contexte


Le Puffin des Baléares, dont la population totale est estimée à 25 000 individus, est menacé d’extinction et les derniers modèles démographiques tendent à montrer que sa disparition devrait être effective d’ici 60 ans. Ils montrent également que le taux de survie adulte est excessivement bas, principalement expliqué par une mortalité significative causée par les captures accidentelles par la pêche professionnelle. L’impact actuel des captures accidentelles sur cette espèce, participant à hauteur d’au moins 45% du taux de mortalité adulte actuel, est aujourd’hui considéré comme non compatible avec sa survie (Genovart et al., 2016). Mais cette tendance doit pouvoir être inversée en agissant sur les facteurs qui conduisent à ces captures accidentelles.
Les connaissances sur les captures accidentelles relatives au Puffin des Baléares proviennent de l’Espagne et du Portugal, où des études de caractérisation et même des tests de mesures de réduction avec dispositifs dédiés ont été mis en œuvre.

  • En Atlantique, les études portugaises ont montré que, dans leurs eaux, les arts de pêches les plus problématiques pour le Puffin des Baléares semblent être :

- Les petits bateaux côtiers et polyvalents, qui pratiquent la pêche à la palangre démersale et la pêche au filet (maillant + trémail).

- La pêche à la senne coulissante, utilisée pour capturer les petits pélagiques comme la sardine.

  • En Méditerranée, les études espagnoles ont mis en évidence une mortalité significative, par capture accidentelle induite par la petite pêche côtière à la palangre démersale.
Palangre démersale, filets maillants/trémails et bolinche: les engins de pêche les plus impliqués dans les captures accidentelles de Puffin des Baléares 

Objectifs du programme CARI3P

Parmi les objectifs du Plan National d’Actions, celui de l’amélioration des connaissances relatives aux interactions entre la pêche professionnelle et le Puffin des Baléares, pour en réduire les éventuels risques induits, est prépondérant. 6 sites prioritaires ont été identifiés et spatialisés sur la base des résultats du modèle d'habitat produit lors de la phase de de rédaction du plan: la baie de Saint-Brieuc, la mer d'Iroise, le Mor Braz, la ZPS île d'Yeu, le littoral basco-landais, le golfe du Lion.

Sites pilotes proposés pour le programme CARI3P

Le programme CARI3P vise à mettre en œuvre ces dispositifs de caractérisation des interactions (captures accidentelles) avec les palangriers, les fileyeurs et les bolincheurs au sein de ces différents sites pilotes. Ce travail de caractérisation constitue un préalable pour appréhender finement la situation (interaction ou non, caractérisation de celle-ci : nombre, contexte, facteurs aggravants, navires concernés…). Dans l’éventualité où des interactions étaient constatées dans le cadre de ce projet, les données collectées permettront de dimensionner les besoins et de calibrer les moyens, afin de tester et mettre en place des solutions de réductions des risques de capture acccidentelle.
Au niveau local, les actions engagées sur le terrain permettront de sensibiliser les professionnels à la problématique des captures accidentelles des Puffin des Baléares. Le réseau ainsi constitué permettra de faciliter la collecte des données (enquête et observations en mer) mais aussi de travailler avec un groupe de pêcheurs volontaires pour la possible réalisation de tests en mer dans l'éventualité où un projet visant à éprouver des mesures de réduction devait succéder à CARI3P.

 

Mise en oeuvre et résultats attendus

 

Il s’agira de collecter des données recueillies au travers de différentes méthodes déjà éprouvées en Espagne et au Portugal sur les mêmes thématiques et pour la même espèce :

  • Les enquêtes, menées au cours de la première année du projet, viseront à caractériser les interactions entre les métiers pratiqués (filet, palangre et bolinche) et les Puffins des Baléares (avec une entrée oiseaux marins), à évaluer (en première approche) le niveau de captures accidentelles par type d’engin et d’éventuelles stratégies d’évitement déjà pratiquées, tout en permettant d’informer et de sensibiliser les pêcheurs sur cet enjeu. Ces enquêtes permettront également d’affiner le plan d’échantillonnage des campagnes d’observations embarquées et d’identifier les patrons/navires susceptibles d’accueillir les observateurs. Elles seront enfin un moyen et un moment privilégié pour informer et sensibiliser les pêcheurs sur la problématique de conservation du Puffin des Baléares et sur la justification des actions menées dans le cadre du PNA.Concernant l’effort d’échantillonnage, l’objectif est d’enquêter 30 % des navires pour chacune des 3 flottilles ciblées.
  • Les campagnes d’observation embarquées, réalisées sur 2 années consécutives (pendant la période de présence de l’espèce), viseront les 3 engins identifiés. Afin de pouvoir obtenir des données analysables, les campagnes d’observations embarquées devront couvrir 5% des marées des palangriers, fileyeurs et bolicnheurs opérant au sein du périmètre du site d’étude pendant la période de présence significative du Puffin des Baléares.
Activité de pêche dans le golfe de Gascogne ©Adrien lambrechts - OFB

Où en est-on?

Dès 2020, les enquêtes pour le site "golfe du Lion" avaient pu être réalisées, à la faveur des enquêtes VALPENA réalisées par le CRPMEM Occitanie. Un questionnaire complémentaire avait été alors ajouté pour prendre en compte les enjeux relatifs au Puffin des Baléares.

En 2021, les embarquements ont été réalisés pour les sites golfe du Lion (en mai et juin), mer d'Iroise, Mor Braz et ZPS île d'Yeu (de juin à octobre). Un trentaine de marées à la palangre ont ainsi été couvertes pour les 3 sites CARI3P "stricts" (golfe du Lion, ZPS île d'Yeu et Mor Braz) pendant la période à risque. En Iroise, entre avril et septembre, 6 marées ont été couvertes pour la palangre, 43 pour les fileyeurs, et 18 pour les bolicheurs.

Premier trimestre 2022, les enquêtes sont en cours de réalisation pour les sites Mor Braz et ZPS île d'Yeu. Elles seront suivies par celles des sites baie de Saint-Brieuc, et possiblement littoral basco-landais (le projet et en cours de montage pour ce site).

Les enquêtes auprès des pêcheurs ont démarré au premier trimestre 2022. Port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie en Vendée ©Célia Féry - AGLIA

Télécharger la plaquette d'identification du Puffin  des Baléares (façade atlantique) produite pour accompagner les enquêtes et embarquements de CARI3P

Télécharger la plaquette d'identification du Puffin  des Baléares (façade méditerranée) produite pour accompagner les enquêtes et embarquements de CARI3P: /upload/gedit/1/projets_pna_puffin_des_baleares/plaquettes_-_livrets/exe_a4_puffin_med.pdf

Enfin, à l'été 2022, les campagnes d'embarquements sur la flottille palangrière se poursuivront :

  • Deuxième campagne pour les sites golfe du Lion (d'avril à juin), mer d'Iroise, Mor Braz et ZPS île d'Yeu (juin à octobre)
  • Première campagne pour le site baie de Saint-Brieuc, et pour le littoral basco-landais pour lequel les 3 flottilles seront observées dès cette année (sur une période légèrement différente: de juillet à novembre)

Les actes de la dernière réunion du Comité de Pilotage de CARI3P qui s'est tenue le 13 décembre 2021 sont téléchargeables ici:

 Télécharger le support diaporama du COPIL du 13/12/2021

Télécharger le CR de la réunion du COPIL du 13/12/2021

Enfin, courant 2022 un dossier sera déposé dans le cadre de la nouvelle porgrammation FEAMPA. Il permettra d'assurer les nouvelles campagnes d'observation sur les flottilles fileyeurs et bolincheurs, mais aussi de réaliser l'analyse des résultats de l'ensemble des données collectées (enquêtes + observations embarquées).

Gouvernance et partenariats

Pour les 3 premiers sites pilotes (Mor Braz, ZPS île d'Yeu et golfe du Lion), le programme CARI3P est financé par l'Europe via le FEAMP, avec un co-financement par les sociétés de projets des parcs éoliens en mer de Saint-Nazaire (EDF-Re) et Noirmoutier-Yeu (Engie Green). Coordonné par l'AGLIA, il associe les organismes de représentation socio-professionnels de la pêche en tant que partenaires bénéficiaires: CRPMEM Bretagne, COREPEM, CRPMEM Occitanie. L'OFB et l'IFREMER sont associés en tant que partenaires techniques.

En ce qui concerne le site mer d'Iroise, le programme est mis en oeuvre par le Parc Naturel Marin d'Iroise, au travers de son travail de suréchantillonnage Obsmer (campagnes d'observations embarquéées) déjà engagé depuis plusieurs années sur différentes flottilles.

Pour la baie de Saint-Brieuc, le programme est financé par la DREAL Bretagne et assuré par le Comité Départemental des Pêches des Côtes d'Armor, sous coordination de l'AGLIA.

Un Comité de Pilotage assure le suivi et la bonne marche du programme. Il est constitué des différents partenaires du programme listés plus haut, mais aussi des représentants des services et agnces de l'état (DREAL, DIRM, OFB).

 

Interreg et Fond européen de développement

The PANACHE project was selected under the European cross-border cooperation programme INTERREG IV A France (Channel) – England, co-funded by the ERDF

Un outil du projet
PANACHE

Ministère de la transition écologique et solidaire